David Géry est peintre et metteur en scène de théâtre.

Ses peintures sont entièrement noires et en relief. David Géry y poursuit son exploration du noir, unique couleur avec laquelle il est possible, selon lui, de percevoir les vérités et les mystères de notre monde dans sa représentation. David Géry est aussi metteur en scène de théâtre. Le public a pu voir ses spectacles sur de nombreuses scènes. Il s’est notamment distingué par sa belle adaptation de Bartleby d’Herman Melville au Théâtre de la Tempête ainsi que celui de La Commune d’Aubervilliers, Rêve d’automne de Jon Fosse à L’Athénée-Théâtre Louis Jouvet ou dernièrement par l’adaptation du roman de Ray Bradbury, Fahrenheit 451.

David Gery par Michel ARCHIMBAUD
Les  œuvres, les thèmes traités par le peintre David Géry sont doués d’une force peu commune !
Le Royaume de la Nuit, dans sa représentation, son abstraction, est là mystérieusement envoûtant!
L’état de relief de chaque toile rajoute comme l’aurait dit « Deleuze » à cette logique de la sensation.
L’imaginaire de la lecture de ces œuvres est pour nous d’une richesse plurielle rare… Strindberg, Hoffmann, Wedekind, les sonorités de Berg, de Varese, l’univers « nuiteux » d’une Mélisande absente, sont là ici tous convoqués ! On ne peut sortir indemne du regard que l’on pose sur ces toiles.
Il n’y a aucun pléonasme entre les deux imaginaires, celui du créateur et l’autre, le spectateur « regardant » la toile que le peintre nous livre !
En vous promenant dans l’exposition vous croiserez peut-être David Géry. Vous le reconnaîtrez aisément, silencieux, avec son beau visage buriné d’humanité, craignant de lire sur votre visage une quelconque  émotion. Il n’osera lever ses yeux bleus dans votre direction. Il sera à l’écoute de votre silence. Ses questionnements sont permanents : sur lui-même, sur son œuvre, son exigence, son intégrité, font de lui un grand artiste à l’orée du XXIème siècle. C’est suffisamment rare pour être signalé, si toutefois vous ne vous en étiez pas déjà aperçus !
Michel ARCHIMBAUD, Auteur chez Gallimard de Francis Bacon, Entretiens avec Michel Archimbaud

La nuit,
ce que sa lumière nous fait voir.
Le noir, sa profondeur, son épaisseur, sa densité et aussi sa transparence.  Aucune tristesse. Une invitation au mystère, à la méditation, à l’apaisement, à la transcendance aussi.
Le noir parce que toutes les couleurs sont dans le noir.
Le noir parce qu’il contient sa propre lumière. Un voyage obsédant, fascinant d’un chercheur de lumière. Une expérience.
Le noir, pour un autre choix de percevoir le monde.
Une vision active pour celui qui regarde le tableau et en reconstitue l’image, la décrypte, l’invente aussi.
Un tableau qui, suivant la lumière et la position du regardant, se révèle tout autre…
On découvre, on cherche, on scrute l’image interdite, cachée, L’excitation du noir, la peur, les fantômes, l’au-delà, l’inconnu…
Comme des enfants qui se seraient échappés, libres,
juste pour voir dans la nuit,
les lumières dans les maisons,
une silhouette qui veille, en résistance,
dans la nuit, rassurante.
C’est aussi la sensation que j’ai d’un monde qui se trouve dans une Nuit, mais que je vois aussi en veille,  en secrète attente de lumière.
David Gery

Expositions personnelles
2015 : Nuits Noires – Galerie Couteron – Paris
2015 : Nuit Noire – Festival de Contis – Exposition installation
2014 : Nuit Noire – Agence d’architecte J-M Rousseau – Paris
2011 : Traces – Théâtre de la Commune – Aubervilliers
2007 : Variations – Théâtre de la Commune – Aubervilliers
2007 : Hors d’atteinte – Mairie du XIIIe arrondissement – Paris
2005 : Variations 2005 – D’après le spectacle Bartleby
Valenciennes – Lyon – Amiens – Théâtre de la Commune
2002 : Solitude et érotisme – Le Phénix – Scène nationale de Valenciennes
2001 : Corps et théâtre – Centre Jean Vilar – Champigny sur Marne

Copyright © 2012 - Galerie Couteron - All Rights Reserved - designed by knk