Artiste – Daniel Convenant

  • Caniel Convenant - L'arbre -

     

    Daniel Convenant

    Exposition à la Galerie Couteron du 3 au 28 février 2015

    L'ARBRE -
    peinture au bitume sur toile
    162 x 130 cm - 2014

     

  • Daniel Convenant - L'arbre 2014

    Daniel Convenant est né en 1945 à Paris. Il est diplômé des Beaux Arts de Versailles.
    "Visage d'homme, écorce d'âme"
C'est dans ses toiles que Daniel Convenant parvient à faire ressortir ses croyances, ses espérances, ses rêves, son espace intérieur. 
Cet acte qui change la nature des choses par une trace laissée dans la matière et qui elle- même devient matière. Le premier geste sur sa toile blanche est à chaque fois une surprise, un acte libérateur.
Son travail devient automatique en s'appuyant sur son passé et son expérience. Des lignes mouvantes se dessinent, les liaisons s’écoulent comme la sève. C'est la communion avec son mental, sa main, ses yeux. Mais il reste acteur, interagissant avec sa part subjective. Il peint en jouant entre le plein et le vide en quête constante de découvertes et d'un questionnement perpétuel sur soi.

    Expositions
    2013 : Hôtel de Maleville - Sarlat
    
2011 : Galerie Arts Talents - Berk sur plage

    2010 : Galerie DC - Pont-Aven
    A exposé et expose dans les salons en France et à l’Etranger.

    Obtient de nombreux prix, dont la médaille d'or du Cercle des Arts - Paris

    L'ARBRE -
    peinture au bitume sur toile
    162 x 130 cm - 2014

     

  • Daniel Convenant - Sans Titre 1

     
    Série au bitume - quelques explications

    Daniel Convenant utilise le bitume comme médium pour une série sur toile.

    Le bitume est un fossile qui peut se présenter soit sous la forme liquide, proche du pétrole, ou sous forme de mastic ou de roche ou encore sur la surface de l’eau appelé « Bitume de Judée ». On trouve du bitume un peu partout dans le monde, notamment aux Moyen et Proche-Orient où il est exploité depuis 40 millénaires.
    Les artistes n’ont pas toujours utilisé les peintures existantes telles qu’on les connaît aujourd’hui. Ils ont crée leurs mixtures pour peindre en utilisant les produits naturels issus de leur environnement : brou de noix, goudron, gomme laque, végétaux, minéraux... Ils ont inventé des outils et mis au point des techniques de création parfois très personnelles. 
Certains d’entre eux ont employé le bitume pour garantir les toiles des fonds de tableaux de toute humidité et contre les champignons en les enduisant de cette matière. D’autres comme Théodore Géricault, chef de file du romantique, ont fait leurs fonds en bitume (Le radeau de la Méduse 1819) et en 1826 la recherche par Niepce sur la photo a été faite grâce au bitume. La première photo a demandée plusieurs jours de pose. 
Le bitume est employé dans tous les domaines de l’art et dans les écoles des Beaux Arts on y apprend à utiliser le «bitume de Judée» comme vernis dans la gravure (l’héliogravure). 
Certains artistes plasticiens ont choisi le bitume dans leurs créations, tels que : Tapiés, Dubuffet, Salvador Dali ou Soulages.

    SANS TITRE 1 -
    peinture au bitume sur toile
    60 x 60 cm - 2014

     

Daniel Convenant – biographie

Daniel Convenant est né en 1945 à Paris. Dès son plus jeune âge Daniel Convenant a suivi des cours de dessin et de peinture à Montparnasse.

Diplômé des Beaux Arts de Versailles.
Diplômé supérieur d’une école de menuiserie d’art.

Démarche artistique

« Visage d’homme, écorce d’âme »
Plus que n’importe quel autre artiste, il est impossible de dissocier l’homme de son œuvre. C’est dans ses toiles que Daniel Convenant parvient à faire ressortir ses croyances, ses espérances, ses rêves, son espace intérieur. 
« Je suis celui qui observe, qui sent, qui respire, qui hume. Je suis comme un filtre qui retient les sens et qui les  transmet en une œuvre picturale sous l’acte du geste de peindre ».
Cet acte qui change la nature des choses par une trace laissée dans la matière et qui elle- même devient matière. Le premier geste sur sa toile blanche est à chaque fois une surprise, un acte libérateur.
Son travail devient automatique en s’appuyant sur son passé et son expérience. Des lignes mouvantes se dessinent, comme un ballet, traversant le liquide et le solide où les liaisons s’écoulent comme la sève, comme la vie. Il fait corps avec sa toile. 
C’est la communion avec son mental, sa main, ses yeux. Mais il reste acteur, interagissant avec sa part subjective. Il peint en jouant entre le plein et le vide comme s’il était à la recherche d’une paix intérieure, en quête constante de découvertes et d’un questionnement perpétuel sur soi. Cette compréhension donne du sens au temps et à la réflexion.
« C’est dans ma création que je me questionne, me surprend et essaie de me dépasser ».
L’artiste peut alors faire sienne la citation de Marck Rothko «Je suis ce que je fais».

Expositions

2013 : Hôtel de Maleville – Sarlat
2011 : Galerie Arts Talents – Berk sur plage
2010 : Galerie DC – Pont-Aven

A exposé et expose dans les salons en France et à l’Etranger.
Versailles – Cercle des Arts de Paris – Salon du Puy en Velay – Viroflay- Salon des Artistes Français – Nancy – Vittel – Lamballe – Lyon – Perpignan – Amiens – Dijon – Thenon lesBains – Aix en Provence -Salon des Indépendants – Chambéry – Nîmes – Evian…
En Allemagne – au Canada – Shanghai – Belgique – Canton…

Obtient de nombreux prix, dont la médaille d’or du Cercle des Arts – Paris

Sa Série d’oeuvres au Bitume
Histoire du Bitume dans l’Art .
Le bitume est un fossile donc un produit naturel. Celui-ci peut se présenter soit sous la forme liquide, proche du pétrole, ou sous forme de mastic ou de roche ou encore sur la surface de l’eau appelé « Bitume de Judée ». On trouve du bitume un peu partout dans le monde, notamment aux Moyen et Proche-Orient où il est exploité depuis 40 millénaires.
Les hommes ont découvert ses multiples propriétés depuis le paléolithique. Des archéologues ont daté, vers 5 000 ans av. J.-C., les premières utilisations de matériaux bitumineux naturels. L’Ancien Testament mentionne l’usage du bitume pour calfater l’Arche de Noé.
On peut parler d’une vraie « civilisation du bitume » dans l’ensemble du bassin méditerranéen où il faisait l’objet d’un commerce. Son usage était surtout pour le calfatage des bateaux assurant leur étanchéité. Il était aussi bien employé dans la construction des bâtiments que dans les objets usuels et ou encore dans les objets artistiques tels qu’on peut le voir au Louvre dans la collection des objets provenant de la cité de Suse aujourd’hui en Iran. (Jacques Connan – LE BITUME DANS L’ANTIQUITE – Editions Errance). Sous forme liquide il remplaçait l’huile dans les lampes. Les égyptiens pour embaumer leurs momies se servaient du bitume comme agent de conservation en le substituant au sang.
Le bitume a été très tôt utilisé dans le domaine de la construction routière puisque des traces datant du 7ème siècle avant J.-C. ont été retrouvées sur le site de l’ancienne Babylone. Le bitume et l’asphalte révolutionnèrent la voirie. Le premier trottoir bitumé à Paris le fut en 1838 et la première rue en 1854 (rue Bergère). 
Les artistes n’ont pas toujours utilisé les peintures existantes telles qu’on les connaît aujourd’hui. Ils ont crée leurs mixtures pour peindre en utilisant les produits naturels issus de leur environnement : brou de noix, goudron, gomme laque, végétaux, minéraux… Ils ont inventé des outils et mis au point des techniques de création parfois très personnelles. 
Certains d’entre eux ont employé le bitume pour garantir les toiles des fonds de tableaux de toute humidité et contre les champignons en les enduisant par-derrière d’une ou deux couches de cette matière. D’autres encore, comme Théodore Géricault, chef de file du romantique, ont fait leurs fonds en bitume (Le radeau de la Méduse 1819) et en 1826 la recherche par Niepce sur la photo a été faite grâce au bitume. La première photo a demandée plusieurs jours de pose. 
Le bitume est employé dans tous les domaines de l’art et dans les écoles des Beaux Arts on y apprend à utiliser le « bitume de Judée » comme vernis dans la gravure (l’héliogravure). 
Certains artistes plasticiens ont choisi pendant un temps le bitume dans leurs créations, tels que : Tapiés, Dubuffet, Salvador Dali. On sait que Soulages a détourné certains produits utilisés par les ébénistes (brou de noix). 
De nos jours, nous sommes très peu d’artistes à employer le « bitume » comme médium. 

Daniel Convenant – infos complémentaires

site web de l’artiste : www.convenant-daniel.com/

Le site web dédié à ses oeuvres au bitume : http://www.convenant-art.com/

 

 

 

Daniel Convenant – galerie

Copyright © 2012 - Galerie Couteron - All Rights Reserved - designed by knk